QUE SIGNIFIE VRAIMENT "Liberté! Egalité! Fraternité!" pour un Franc Maçon africain ?
- Nadim Michel Kalife -

  A notre rite écossais ancien accepté (ou R.E.A.A.), nous venons de suivre l’ouverture des travaux à midi par l’annonce du V.°.M.°. disant ceci :
« A moi, mes FF.°., par le signe, la batterie et l’acclamation écossaise »,
Et aussitôt, l’ensemble des FF.°. présents se libèrent de leur position d’ordre pour exécuter la triple batterie et déclarer à haute voix ferme :
« Houzzai ! Houzzai ! Houzzai ! Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » pour ensuite se remettre à l’ordre.  C’est alors que le V.°.M.°. annonce :
« Nous ne sommes plus dans le monde profane. Prenez place, mes FF.°. »
Et cette même acclamation sera répétée tout à l’heure, à minuit, pour la fermeture de nos travaux.

  • Quel sens donner à cette double acclamation ternaire dans le rituel ?

Cela signifie tout d’abord que l’acclamation rythme nos travaux à 2 moments cardinaux où la loge entière vibre à l’unisson à l’appel du V.°.M.°., en mobilisant nos énergies sur la glorification des 3 composantes philosophiques de la dignité humaine, « Liberté, Egalité, Fraternité », une sorte de rappel à l’ordre de notre vigilance républicaine. En effet, ce sont des Francs Maçons de la « Royal Society » qui avaient réussi à instaurer les prémisses de l’esprit républicain en Angleterre en 1679 par l’Act  « Habeas Corpus », et ce sont encore 2 Francs Maçons, Jefferson et Benjamin Franklin qui rédigèrent la Déclaration d’Indépendance américaine en 1776, de même que ce sont  les loges du GODF qui préparèrent le contenu de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 avant d’être finalisée par les Francs Maçons siégeant à l’Assemblée Constituante sous la houlette de l’Abbé Siéyès, lui-même membre de la R.°.L.°. « Les 9 Sœurs », et dont le contenu sur la liberté et l’égalité de tous les hommes se répandit à travers toute l’Europe où les populations des pays envahis par les troupes révolutionnaires françaises leur réservèrent de ce fait un très bon accueil, à l’amère surprise de leurs monarques.

Cela signifie aussi que cet esprit républicain, prôné avec force par le rituel, place la dignité humaine au but de l’enseignement maçonnique, qui consiste à rechercher constamment la vérité pour expliquer sans dogmatisme le pourquoi et le comment de toute chose, et à lutter courageuseusement et sans relâche contre toutes les formes d’injustice, fût-ce au péril de notre vie, comme cela fut illustré par tant de FF.°. & SS.°. depuis plus de 3 siècles que la Franc Maçonnerie existe.

Or, toute défense de la justice se traduit concrètement par le respect des droits et des devoirs de tous les citoyens. Parmi ces devoirs, le premier se trouve être le respect de ses propres devoirs envers autrui, ce qui fonde la liberté qui commence par celle d’autrui. En effet, reconnaître les droits des autres, c’est accepter leur liberté tant individuelle que collective. Et ce comportement implique simultanément l’égalité de tous, dans leurs droits comme dans leurs devoirs.

De cette ambiance de vie en société, où coexistent la liberté et l’égalité, émanera alors un sentiment de Justice et une Fraternité universelle par suite de la disparition des causes de méfiance et de jalousie qui n’ont plus leur raison d’être.
Et c’est exactement ce que nous vivons en loge lorsque le V.°.M.°. exerce bien sa fonction de rassembleur et les Surveillants veillent bien sur leurs colonnes.

Historiquement, c’est à partir de ce vécu en loge que les principes de liberté et d’égalité se sont répandus progressivement dans le monde profane sous Louis XVI, après la création du GODF en 1773. En effet, les Nobles et le Haut Clergé, qui vivaient en loge cette expérience maçonnique d’égalité et de liberté, ne pouvaient plus s’opposer à l’abolition des privilèges de leur classe sociale. Et ce sont ces valeurs humanistes nouvelles qui furent portées par les Francs Maçons dans les nouvelles institutions républicaines qui succédèrent après 1789 à l’Ancien Régime où la société était divisée en 3 classes sociales avec la bénédiction de l’Eglise qui cautionnait une telle inégalité sociale. Ce qui est à déplorer c’est que l’Eglise continua à soutenir le retour de cette ancienne monarchie en France jusqu’en 1905, date à laquelle les députés Francs Maçons lui imposèrent de ne plus s’immiscer dans les affaires de l’Etat, par la « loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat ».
C’est bien en adhérant à cette école de la dignité humaine, prônant la liberté et l’égalité de tous, que le Franc Maçon prend conscience de ses responsabilités sociales. Pour cela, il doit d’abord se reconstruire intérieurement en rectifiant ses défauts d’égoïsme et d’éducation, avant de pouvoir s’engager de façon claire à porter au dehors les valeurs de « Liberté-Egalité-Fraternité » qu’il se doit de cultiver sur son chemin initiatique. C’est ce qui fait dire que le Franc Maçon est un Homme engagé.

Cet engagement est impératif face au désordre et aux injustices qui règnent dans nos sociétés. Aussi, le Franc Maçon responsable a-t-il pour but de « rebâtir » la cité, qui se trouve sous ses yeux, par tous les moyens qui s’offrent à son niveau. C’est de là que se confirme notre qualificatif de « bâtisseur », hérité des maçons opératifs.

Suite à cette introduction remuante, vous ne doutez pas, mes BBAAFF, que ma planche va devoir interpeller chacun d’entre nous, en nous faisant autrement réfléchir sur cette acclamation énoncée à chacune de nos tenues en loge bleue, au commencement comme à la fin de nos travaux. Désormais, elle devrait rappeler à chacun d’entre nous, ici présents, la portée de nos engagements envers notre pays.
Personnellement, cette acclamation m’a toujours interpellé sur mon chemin initiatique, en me poussant d’abord à éveiller les consciences de tous ceux que j’essaie d’atteindre à travers mes relations publiques, fût-ce au péril de mes affaires et de ma vie ; ensuite, autour de moi, en encourageant mes amis et proches à réfléchir sur le devenir de notre société et, surtout, à oser agir en luttant contre les injustices.
En effet, nous vivons dans une société de plus en plus cruelle et criminelle, où les populations ignorées du pouvoir établi sont victimes à répétition et au quotidien d’injustices, de violences, de désordres et de mépris, tant au niveau de la gouvernance politique que de la gestion de l’administration publique dans son ensemble, y compris les administrations fiscales et judiciaires où l’on subit les pires inégalités et certains actes iniques, favorisant les prédateurs au détriment des opérateurs économiques et des citoyens honnêtes qui refusent le jeu de la corruption.

Aussi, faudrait-il, à chacun de nous, une forte dose de courage, de persévérance et de désintéressement personnel envers les métaux corrosifs de la corruption, pour pouvoir poursuivre notre quête du Bien, du Vrai et du Beau.
 
Mes BBAAFF.°., face à ces 3 piliers qui attirent notre attention contemplative par leur symbolisme des vertus de Sagesse, Force et Beauté qui président à la construction de ce Temple, je vais à présent vous tracer mon plan d’architecture. Vous ne doutez sûrement pas que, dans ma conclusion, je me permettrai d’interpeller chacun d’entre nous sur le devoir de  conformer son action au dehors à sa conscience maçonnique, sans plus chercher, de façon lâche et désinvolte, à se réfugier derrière l’adage des juges disant que : « à l’impossible nul n’est tenu ».
Mon plan d’architecture se compose de six parties :

1.Origines de  l’acclamation « HOUZZAI ! HOUZZAI ! HOUZZAI ! »
2.Origines de l’acclamation républicaine « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » 
Ce que j’entends par notre mot sacré de « Liberté »
4.Ce que j’entends par le mot sacré de « Egalité » 
5.Que signifie, à mes yeux d’Initié, notre mot sacré de « Fraternité » ?
6.Notre responsabilité de Franc Maçon au niveau de l’action au dehors.
  1. Origines de l’acclamation  « HOUZZAI ! HOUZZAI ! HOUZZAI ! »
 
Etant donné qu’à la clôture des travaux, le V.°.M.°. nous invite à nous déganter pour jurer de garder la loi du silence sur tout ce qui a été dit et fait au cours des travaux, cela explique pourquoi toute transmission du rituel du REAA n’a pas pu laisser de traces écrites jusqu’en 1804, date de création du « Suprême Conseil » chargé de réglementer le rituel du R.E.A.A.. Aussi, n’est-ce pas le fait du hasard si le premier écrit du rituel du REAA n’apparaît qu’à cette date, où fut consacré le R.E.A.A. à 33 degrés. C’est alors que le Suprême Conseil fit éditer le premier imprimé du REAA, sous le titre de : « Le Guide du Maçon Ecossais ».
Il y est mentionné l’acclamation écossaise « Houzzé, Houzzé, Houzzé » avec un accent aigu sur le « e », mais sans mention du triptyque « Liberté, Egalité, Fraternité ». Le « Guide du Maçon Ecossais » précise qu’après chaque santé, et à la clôture des travaux de table, « on applaudit par la triple batterie et le triple Houzzé ».
Il faudrait toutefois mentionner qu’à la Grande Loge d’Irlande, des rituels manuscrits, datant de la 1ère moitié du XVIII° siècle, mentionnaient cette même acclamation « Huzza ».

L’on devrait aussi rapprocher cette acclamation écossaise de celle du Rite Moderne « VIVAT, VIVAT, SEMPER VIVAT », dont la divulgation écrite remonte à 1737 dans un recueil intitulé « La Réception d’un Frey-Maçon », selon une publication des recherches de la GLNF dans sa revue Villard de Honnecourt, N°12 du 1er semestre 1986.

Aussi, en 1813, Delaulnaye, écrit-il dans son livre intitulé « Le Thuileur des 33 degrés de l’Ecossisme », ceci : « Les Frères exécutent une batterie de trois coups égaux. On y joint la triple acclamation Houzzé, mot anglais qui signifie VIVE LE ROI, et qui remplace notre VIVAT ».
En 1820, Claude-André Vuillaume écrit dans son recueil « Le Tuileur » , à propos de cette acclamation : « Ce mot nous vient des Anglais. Il est employé en signe de joie, et répond au VIVAT des Latins. Les anciens arabes se servaient du mot UZZA dans leurs acclamations. C’est aussi un des noms de Dieu dans leur langue »
En 1883, la Librairie Maçonnique Teissier publie le « Manuel général de Maçonnerie » où il est mentionné, pour les Travaux de Table, après chaque santé : « 3 fois la batterie d’apprenti avec les mains, et dire 3 fois Houzzeai ! ».
Il faut toutefois remarquer qu’entre 1922 et 1946, l’acclamation « Houzzai ! Houzzai ! Houzzai ! » disparaît au profit de « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! ».
Puis, à son Convent de 1962, la G.°.L.°.D.°.F.°. adopte la nouvelle orthographe « Oz’zé » avec son interprétation : « CECI EST MA FORCE ».
10 ans plus tard, en 1972, l’on reviendra à l’ancienne orthographe « Houzzai ». Et, en 1982, les 2 écritures « Houzzai » et « Oz’zé » seront acceptées indifféremment jusqu’en 1992, date à laquelle sera désormais admise la seule orthographe « Houzzai ».
 
Pourquoi ces hésitations et revirements au sein du Suprême Conseil du R.E.A.A. ?

C’est que les majorités d’opinion sur les origines du triplet de l’acclamation écossaise variaient de Convent en Convent, selon qu’une majorité se dégageait pour une origine anglaise « HUZZA », ou bien pour une origine arabe « UZZA » signifiant à la fois la gloire et la divinité féminine préférée par le Prophète Mohammed avant sa révélation d’Allah et dont le mot aurait été ramené de Terre Sainte par les Templiers selon les adeptes de la chevalerie maçonnique ; d’autres majorités avaient opté pour une origine hébraïque comme pour la plupart des mots sacrés et mots de passe qui proviennent de l’hébreu, par référence à la tradition de construction du Temple de Salomon.

Une autre version, plus récente, fait référence à divers documents du XVII° siècle anglais relatant que l’équipage d’un navire acclamait une personnalité en visite à son bord par l’ovation de « Huzza ! Huzza ! Huzza ! ». Cette version moderne est en outre confirmée par des écrits datant de la guerre d’indépendance des futurs Etats-Unis d’Amérique, dans les années 1770, où il est mentionné un poème, intitulé « Free America » et répétant le refrain suivant à la fin de chaque quatrain : 
« Huzza, Huzza, Huzza, Huzza, for brave America ».
La référence la plus marquante est bien cette même version moderne, devenue américaine, puisqu’elle fut employée par le Général George Washington  en 1778, pour remercier le soutien des troupes françaises de La Fayette. C’est alors qu’il donna l’ordre à toute son armée de crier : « Huzza ! Vive le Roi de France ! », suivi d’un « Huzza ! Vivent les Etats d’Amérique ! ».
 
 
  2. D’où nous vient l’acclamation républicaine « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » ?

Dans l’esprit maçonnique, ce ternaire, déclamé de manière lyrique, est loin d’être une figure de style que l’on répète machinalement. Il doit animer en nous les vecteurs porteurs de notre idéal qui consiste à contribuer à la réalisation du bonheur de l’homme sur Terre, tout en laissant à chacun de veiller à sa guise au salut de son âme dans l’au-delà. Aussi, peut-on interpréter la batterie d’applaudissements qui accompagne ces mots scandés à haute voix comme des encouragements mutuels que nous nous prodiguons pour entreprendre avec force et vigueur notre acte de foi identitaire.
C’est une proclamation-acclamation qui nous aide à nous imprégner de nos principes d’espérance en l’avènement d’une vie meilleure pour l’ensemble de la société où nous vivons en attendant sa généralisation à l’humanité entière dans une chaîne de fraternité universelle. Dans la perception courante de ce triptyque par les Francs Maçons la liberté renvoie à la tolérance tandis que l’égalité fait penser à l’équité et la fraternité à la solidarité. Mais au niveau de notre Loge de recherche « Diogène de Sinope » nous nous devons d’aller plus loin en recherchant la genèse, la symbolique et la portée sociale de cette ovation.

Tout d’abord, ce triple ternaire, composé des 3 applaudissements répétés avec force, puis des 3 mots « Houzzai ! Houzzai ! Houzzai ! », et enfin des 3 mots « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! », sert à nous imprégner de la symbolique du nombre 3 qui caractérise les Loges Bleues. Par cette symbolique de répétition ternaire, nous nous imprégnons plus aisément du triptyque républicain « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! », qui doit nous aider à comprendre que l’idéal de Liberté ne pourra être atteint qu’en luttant simultanément pour l’Egalité et pour la Fraternité. C’est déjà là une illustration concrète du « Tout en Un », principe de base de l’hermétisme enseigné dans les hauts grades du REAA.

Ensuite, parallèlement à cette pratique du symbolisme qui caractérise le langage des Francs Maçons spéculatifs cherchant à se perfectionner par la pratique du V.I.T.R.I.O.L., ce triple ternaire nous engage à réaliser au dehors notre but d’amélioration des conditions de vie des populations. Or, c’est bien dans la vie de la Cité du XVIII° siècle français que nous retrouverons les origines de cette ovation, composée par les grands esprits des Lumières, qui cherchaient justement à faire respecter les droits de l’homme dans la société inégalitaire de cette époque, soumise aux abus de pouvoir du Roi et aux privilégiés de la Noblesse et du Haut Clergé.

Aussi, trouvons nous l’expression la plus parfaite de cette quête des Francs Maçons de cette époque, dans la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » adoptée par l’Assemblée Nationale Constituante française le 26 août 1789. Il faut savoir que la rédaction de ce texte historique fut l’œuvre, principalement, de 2 Francs Maçons, Jean-Paul Marat et l’Abbé Grégoire, après qu’elle fut soigneusement préparée par de nombreux FF.°., en loge ou dans les Clubs Jacobins.

Quant à savoir à quel moment le Ternaire républicain « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » est venu s’ajouter au ternaire « Houzzai ! Houzzai ! Houzzai ! », la première trace écrite connue se trouve dans un rituel du REAA, imprimé par le Suprême Conseil, et remis en 1905  par la G.°.L.°.D.°.F.°. à la R.°.L.°. « L’Humanité », N°364 à l’Or.°. d’Asnières. L’on y lit la mention manuscrite de « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » qui s’y trouve rajoutée à la main après l’exclamation « HOUZZAI ! HOUZZAI ! HOUZZAI ! » imprimée dans le texte d’origine édité par le Suprême Conseil.

Comment interpréter cela ?

Si cette devise républicaine avait été adoptée avant la création de la G.°.L.°.D.°.F.°. en 1894, elle aurait été imprimée dans les rituels antérieurs, notamment dans le « Manuel Général de Maçonnerie » édité en 1883 par le Suprême Conseil, ce qui n’est pas le cas. Je pense donc tout simplement que c’est sous la pression des FF.°. républicains, engagés à cette époque dans la chaude lutte parlementaire pour l’adoption de la loi portant séparation de l’Eglise et de l’Etat, que la GLDF a dû prendre cette initiative symbolique de faire comme le GODF, qui avait déjà adopté cette devise républicaine en 1848, date où la IIème République succédait à la monarchie de Juillet. Et comme le rituel du REAA de 1905 venait d’être imprimé, l’on a dû se contenter, par urgence ou par mesure d’économie, de rajouter à la main ce Ternaire « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » à la suite de l’acclamation écossaise d’origine « Houzzai ! Houzzai ! Houzzai ! ». Cette hypothèse est d’autant plus vraisemblable que les éditions suivantes du rituel du REAA comportent bien cette insertion imprimée dans le texte. Ainsi, cette insertion du ternaire républicain dans notre rituel, exprima clairement l’engagement politique de la G.L.D.F. aux côtés du G.O.D.F. dans son combat pour la laïcité qui atteignait son paroxisme en 1905, année de vote de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ce geste concret de rajout manuscrit dans le texte préalablement imprimé exprime une profession de foi des francs Maçons de la GLDF qui ont tenu à manifester clairement, à ce moment précis et significatif, leur attachement indéfectible à l’esprit républicain, à la suite d’une époque où l’Eglise Catholique avait soutenu politiquement le retour à la monarchie, notamment dans les prêches des messes dominicales, et jusque dans l’enseignement scolaire dont elle perdait progressivement son ancien monopole.

J’en profite pour préciser que l’adoption, en 1848, de cette devise républicaine dans le Rite Moderne Français du G.O.D.F. laisse à penser combien les Francs Maçons français de cette époque s’étaient engagés dans les Journées Révolutionnaires de 1848, notamment auprès de Lamartine qui avait fait imprimer en grosses lettres noires le triptyque « Liberté-Egalité-Fraternité » sur le drapeau tricolore de la IIème République, dont le ministre Adolphe Crémieux, devint, en 1869, le Souverain Grand Commandeur du REAA.

En outre, il est à supposer que certains FF.°., membres de la GLDF mais ne supportant pas de se ranger aux côtés des républicains laïcs que l’Eglise dénonçait sans relâche comme les fossoyeurs des valeurs chrétiennes, ces Frères-là ont fini par créer, en 1913, une nouvelle obédience portant le nom de G.L. N. F.. Or, ironie du sort, la G.L.N.F. est rattachée à la G.L.U.A. de Londres, qui ne reconnaît pas l’autorité du Pape romain catholique en matière de foi ni de dogmes.
Un autre détail intéressant sur les origines du triptyque républicain, c’est d’avoir retrouvé cette devise par 2 fois manuscrite dans 2 planches tracées des travaux de la St Jean d’Eté des années de lumière 5795 et 5796, figurant dans le « Grand Livre d’Architecture de la Très Respectable Grande Loge de France », couvrant la 1ère période révolutionnaire entre le 9 février 1789 et le 5 juin 1798.
Actuellement, dans la Constitution de la GLDF, datée de 5995, il est stipulé en son Chapitre I : « La Franc Maçonnerie a pour but le perfectionnement de l’humanité. A cet effet, les Francs Maçons travaillent à l’amélioration constante de la condition humaine, tant sur le plan spirituel et intellectuel que sur le plan du bien-être matériel.  Dans la recherche constante de la vérité et de la justice, les Francs Maçons n’acceptent aucune entrave et ne s’assignent aucune limite. Ils respectent la pensée d’autrui et sa libre expression. Ils sont des citoyens éclairés et disciplinés et ils conforment leur existence aux impératifs de leur conscience. »

Et cette même Constitution déclare en son chapitre II, Article 1er  :
« La GLDF exerce sa juridiction exclusive et sans partage sur les 3 grades de la Franc Maçonnerie Symbolique : Apprentis, Compagnons et Maîtres-Maçons. Elle a pour devise : Liberté-Egalité-Fraternité. »
Ces extraits nous indiquent les enjeux de notre cheminement initiatique. Cherchons donc le sens de ces 3 mots emblématiques : Liberté, Egalité, Fraternité.
 

  3. Ce que j’entends par notre mot sacré « Liberté »
 
La foi maçonnique en cette devise républicaine n’a pas un caractère métaphysique, en ce sens que le Franc Maçon ne rêve pas, dans son action au dehors, d’un monde meilleur qui soit ailleurs que sur Terre. Sa foi religieuse ne concerne que lui-même et ne regarde pas les autres, sauf s’il veut l’imposer aux autres par fanatisme. Dans l’éthique du Franc Maçon, il s’agit d’agir ici bas, en homme responsable, quelle que soit sa croyance religieuse qui ne regarde que lui-même, en ayant pour but d’améliorer les conditions autour de lui dans la mesure de ses moyens.

Pour y arriver, il ne doit pas rester les bras croisés en attendant que d’autres hommes plus courageux fassent le travail. Il a pour devoir de conformer son existence à sa conscience de Franc Maçon. Aussi, a t il pour devoir d’orienter ses efforts et son travail au service du bien-être de son environnement social, dans sa maison, dans son quartier, dans son village, etc… en ayant pour balises ces 3 vecteurs d’orientation : « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! ». C’est ce qui doit inspirer son action en mobilisant son énergie en priorité contre l’obscurantisme, le fanatisme et le despotisme, ces 3 calamités qui empêchent l’Afrique de sortir de son sous-développement et de sa pauvreté extrême.
Mais rassurez-vous, mes FF croyants catholiques, sachez dépasser les agressions répétées de l’Eglise catholique contre la Franc Maçonnerie, car votre engagement maçonnique n’écorne en rien votre foi religieuse à moins que l’on ne cherche à vous priver de votre liberté de conscience en vous forçant à ne plus venir en tenue pour vous permettre de recevoir l’eucharistie, comme cela était recommandé par le Cardinal Ratzinger avant qu’il ne soit élu Pape Benoît XVI.

Rassurez-vous encore autrement, mes TTCCFF.°. catholiques fervents, l’enseignement maçonnique ne vous empêche guère de croire aux dogmes de l’Eglise (la Trinité, la Rédemption, l’Eucharistie, etc) ni à pratiquer la charité que St Paul recommande comme condition première de la Foi. Je dirai même que, nombre d’initiés athées, parmi lesquels j’étais moi-même en entrant en Franc Maçonnerie, se sont convertis, par la raison mieux éclairée par l’enseignement maçonnique, à la croyance en un Grand Créateur de l’Univers. Cela signifie tout simplement que la Franc Maçonnerie leur a ouvert la voie royale de la Foi, mais en conservant leur liberté totale de conscience, et notamment d’adopter une religion monothéiste, alors qu’ils étaient athées auparavant.
De plus, mes TTCCFF.°. Catholiques, sachez bien que le grand avantage de l’initiation maçonnique est de pouvoir éclairer sa foi par la raison, comme le souhaitait le plus grand des Pères de l’Eglise, St Augustin, au V° siècle, et comme l’avait proposé le Pape Jean-Paul II dans son Encyclique « FIDES ET RATIO ».
Par contre, notre conscience maçonnique refuse le fanatisme religieux, qui consiste à vouloir imposer ses propres croyances aux autres humains dont nous devons respecter la liberté de conscience. C’est ce prônait la Franc Maçonnerie dès le XVII° siècle européen, en luttant contre les inquisitions et l’Index de l’Eglise, ce qui ne plaisait guère à celle-ci, qui voulait toujours monopoliser les consciences par sa pensée unique sur toutes choses, terrestres comme célestes…sous menace de condamnation à mort. Or, le grand apport de la Franc-maçonnerie à l’esprit humain, c’est d’avoir diffusé le droit de chacun de croire librement en sa religion, pourvu qu’il respecte la liberté de croyance de l’autre, cet autre étant celui qui diffère de soi et dont la différence ne doit pas être combattue mais, au contraire, servir à nous enrichir de sa différence. Car, disons-nous bien que le Franc Maçon a pour devise de rassembler ce qui est épars et de réunir les contraires en vue d’atteindre le but commun d’une fraternité universelle au service du bien commun de l’humanité.

Par conséquent, la foi en Dieu n’est donc pas contradictoire avec la croyance en un Principe Créateur qui gouverne l’univers, tel que l’a proclamé le Convent de Lausanne en 1875, où s’étaient réunies toutes les obédiences maçonniques à l’époque même où le Pape jetait à nouveau l’anathème sur la Franc-maçonnerie, par mesure de rétorsion contre les révolutionnaires italiens qui venaient de réaliser l’Unité Italienne en 1870 sous le commandement des Francs maçons Cavour et Garibaldi, en dépossédant la papauté de ses 10 Territoires Pontificaux, laissant le Pape comme souverain temporel du seul territoire du Vatican. Il faut ici préciser que cette conquête politique italienne avait aussi exproprié tous les autres monarques qui avaient dépecé l’Italie depuis la chute de l’Empire Romain d’Occident au V° siècle, et cela, dans le seul but de reconstituer l’unité italienne sous l’autorité d’un régime républicain, sans aucunement l’idée de combattre la foi catholique ni l’institution de l’Eglise.

Il faut aussi faire savoir que l’Eglise avait toujours soutenu l’Ancien Régime et les monarchies despotiques en les cautionnant comme étant de droit divin. Faut-il rappeler ici que l’Eglise avait toujours manifesté avec fanatisme son esprit anti-républicain jusqu’à la fin de la 2nde Guerre Mondiale en 1945, ce qui ne l’honore point. D’ailleurs, en Amérique latine, où certains religieux menaient un combat social d’avant-garde, comme Mgr Helder Camara, surnommé « l’archevêque rouge », il est déplorable aux yeux des populations démunies et exploitées que le Pape Jean-Paul II ait neutralisés ces défenseurs des pauvres et des exclus, alors qu’ils mettaient en application concrète la devise « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! ».
Enfin, rappelons bien à tous ces prêtres et prélats fanatiques et anti-maçons que, durant tout le Moyen-Âge et jusqu’à la fin du XVIII° siècle, l’Eglise avait imposé à ses fidèles de croire que la société est divisée en 3 classes sociales hiérarchisées par la volonté de Dieu, et que le Clergé était en tête de cette hiérarchie sociale, oignant le Roi pour confirmer qu’il est de Droit divin. Elle devrait faire son examen de conscience et dire son mea culpa à ses fidèles d’antan...
Quant au sens du mot « Liberté » pour un Franc Maçon, cette connaissance devrait tout d’abord passer par le niveau civique et profane, notamment en relisant la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » votée le 26 août 1789. Il en retiendra 5 principes essentiels qui sont :
1.       Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit
2.       Les hommes peuvent faire tout ce qui ne nuit pas à autrui et par conséquent, penser, parler, écrire, imprimer librement
3.       Les citoyens composant la Nation ont le droit souverain de la diriger
4.       La Nation souveraine doit avoir toujours en vue, d’une part les droits de l’individu, d’autre part le bien public
5.       Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses
 
Or, justement, la Franc maçonnerie est bien une association fondée sur la liberté de pensée où, ni la politique, ni la religion ne doivent être l’objet de conflits entre ses membres. Et au cas où l’on serait amené à traiter de sujets à caractère politique ou religieux, ce serait seulement pour en tirer des enseignements d’amour et de solidarité sociale, dans le respect mutuel des croyances des uns et des autres.
En ce qui concerne la compréhension spécifique de l’idée de Liberté par le Franc maçon, il devra la rechercher dans la découverte de sa liberté intérieure. En effet, il doit d’abord se libérer de ses préjugés idéologiques, de ses habitudes de penser, de réagir et de se comporter, acquis depuis l’enfance par ses fréquentations, son éducation familiale, ses réflexes de classe ou claniques. Il s’agit aussi de sa propre déformation volontaire de son comportement, voulue par notre ego en vue de donner aux autres une image favorable de lui, à laquelle il s’efforce de ressembler en se mentant à lui-même, parce que cette image n’est pas l’exacte réalité de ce qu’il est.

 C’est ce que signifie « V.I.T.R.I.O.L. », formule symbolique nous laissant mesurer l’importance de la tâche. Et c’est justement là que notre travail est le plus difficile, parce que nous nous devons de le renouveler tout au long de notre vie sur notre chemin initiatique, sans jamais en finir. C’est une véritable ascèse qui exige de nous de pratiquer la grande vertu d’humilité, cette vertu souvent oubliée ou ignorée, alors qu’elle est la mère de toutes les vertus maçonniques, celle par laquelle nous trouverons le courage de poursuivre notre quête initiatique sans nous jouer la comédie à nous même, sans plus nous mentir à nous même.
Cette démarche fondamentale de l’initiation par soi-même amènera le Franc maçon à s’aimer lui-même parce qu’il est vrai, ce qui lui offrira la joie de savoir aimer les autres dans leurs différences enrichissantes. C’est alors que le faux et le laid s’évanouiront dans sa quête du vrai et du beau.
De la sorte, la quête initiatique offre au Franc maçon une voie de libération intérieure, lui permettant de se libérer de la confusion qui régnait en lui. Dès lors, il verra autrement le monde dans lequel il vit, et où il saura mieux agir pour le bien commun. C’est un homme nouveau qui naît en lui, un Homme Libre, capable de transcender ses passions et ses émotions pour agir avec discernement, pour son bien être personnel comme pour le bien-être commun de tous.
Voici donc pourquoi la liberté est la valeur première du Franc maçon.
   
  4. Ce que j’entends par notre mot sacré « Egalité »
 
La Franc maçonnerie est une association d’ « Hommes Libres et de Bonnes Mœurs », fondée aussi sur l’égalité, où tous ses membres sont entrés par la même « Porte Basse », en subissant les mêmes épreuves des 4 éléments et en se soumettant à la volonté du V.°.M.°. en chaire.
Elle enseigne que le travail est la vocation de l’homme, et que l’accomplissement du devoir est une obligation morale, avec le devoir de se comporter de façon utile à la société. C’est ainsi que, par exemple, ce souci d’instaurer l’Egalité entre tous les membres de la nation française avait amené le Franc maçon  et Sénateur, Victor Schoelcher, à décréter l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises en 1848, et cela, malgré l’opposition des puissants lobbies en place qui l’avaient menacé sur sa vie. De même, le Président du Conseil et Franc maçon, Jules Ferry, instaura en 1881 l’école obligatoire pour tous, en offrant la gratuité de l’école publique dans un souci de l’égalité des droits à son accès.
Il faut aussi savoir que la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » de 1789, instituant pour la première fois dans l’histoire de France, l’égalité des droits entre tous les citoyens, était ornée sur le papier de sa rédaction,  d’un Delta, d’une équerre et d’un compas, afin de signifier, à qui pouvait comprendre ces signes, que sa composition avait été longuement discutée et mûrie dans plusieurs loges du Siècle des Lumières avant d’être rédigée dans sa dernière version par l’Abbé Sieyès, membre de la R.°.L.°. « Les Neufs Sœurs » à laquelle avaient appartenu Montesquieu, Voltaire et Benjamin Franklin qui en fut même le 2ème V.°.M.°. de 1779 à 1781.

Je vous précise, en passant, que c’est ce même Benjamin Franklin qui avait corrigé  la « Déclaration d’Indépendance des 13 colonies américaines » de 1776, où il est stipulé en son article 1er , ceci : « Tous les hommes sont nés également libres et indépendants, ils ont des droits certains, essentiels et naturels ». Certes,dans cette Déclaration américaine de 1776 figuraient déjà « la liberté et l’indépendance égales des hommes », cela étant sous-entendu « contre la domination coloniale anglaise », mais son contenu n’est pas aussi clair et explicite que la Déclaration française du 26 août 1789, où 3 principaux articles insistent sur le respect de la dignité de la personne humaine, notamment :
·         Article 1 : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits… »
·         Article 7 : «  nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la loi »
·         Article 9 : « tout homme est présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable ».
 
Enfin, entre midi et minuit, chaque Franc maçon dit pouvoir trouver en loge le vrai sens de l’égalité. En effet, durant les tenues, tous les FF.°. doivent pouvoir se sentir vraiment égaux entre eux, pour peu qu’ils laissent leurs métaux à la porte du Temple et qu’ils participent activement aux travaux. Seul, le V.°.M.°. a autorité sur tous les FF.°. présents, quelle que soit leur condition sociale. Par ailleurs, aux agapes, tous les FF.°. se tutoient entre eux, toutes conditions sociales et tous âges confondus, en partageant fraternellement leur repas en commun.
Ces sentiments d’égalité et de liberté de conscience ressentis au cours des tenues font que notre amour fraternel est spécifique à la Franc Maçonnerie, jaillissant spontanément dans nos relations humaines. C’est là le mystère de notre Fraternité.
 
 
5. Que signifie, à mes yeux d’Initié, notre mot sacré « Fraternité » ?
 
Notre vocable de « Frère » est mentionné dans les manuscrits opératifs anglais du « Regius » et du « Cooke » datant des XIV° et début XV° siècles. En ce temps-là, c’étaient des communautés fraternelles de métiers qui s’étaient constituées dès le XI° siècle en bénéficiant d’une charte de la part du seigneur féodal qui les affranchissait des impôts féodaux. Ces confréries, parmi lesquelles les guildes du bâtiment tenaient la place la plus importante du fait que les seigneurs et les rois faisaient toujours appel à leurs services pour construire des châteaux, des églises ou des cathédrales, finirent par instaurer des caisses de secours mutuels, notamment en faveur des veuves et des orphelins laissés par un « Frère » mort sur le chantier. Cela contribua à générer entre eux un « esprit d’égalité fraternelle » qui créera une puissante solidarité propre aux métiers de la construction, du fait des dangers de ce métier où l’on montait de grosses pierres en hauteur par des techniques rudimentaires.
La Franc Maçonnerie spéculative, inaugurée par les « Constitutions d’Anderson », y fait référence en héritant cette vertu de solidarité qui a débouché ici sur une fraternité où règnent la liberté et l’égalité.

Notre société est bien fondée sur la fraternité, une association où il n’y a que des Frères égaux, qu’ils soient jeunes ou vieux, riches ou sans fortunes, de toutes conditions sociales et de toutes professions, pourvu qu’ils soient « libres et de bonnes mœurs ». Les aînés y accueillent les nouveaux initiés en les entourant de leurs conseils au cours de leur formation, dans les 2 premiers grades surtout.
Tout d’abord, au niveau spirituel de nos travaux en loge, notre fraternité arrive à créer « l’égrégore » durant certaines tenues bien dirigées, grâce à cet état d’esprit qui émerge de la convergence de nos pensées lorsque nous méditons ensemble, accompagnés d’une belle colonne d’ harmonie.
Notre fraternité est tout aussi particulière par la règle qui impose au V.°.M.°. descendant de charge, d’occuper l’office le plus humble de « Couvreur », pour bien lui rappeler ainsi qu’à chaque Frère que l’on ne doit point convoiter les honneurs et que, si un F.°. a occupé de hautes fonctions, c’est parce que les FF.°. l’ont élu pour cette charge qu’il doit assumer par devoir et avec dévouement, sans orgueil. Cette règle nous rappelle que l’humilité est une vertu maçonnique majeure.

En effet, cette vertu d’humilité est essentielle si l’on veut suivre son chemin initiatique dans la sérénité et la clairvoyance. Elle permet de considérer l’autre comme un autre soi-même, à tel point que si l’on découvre des différences positives chez l’autre, on doit œuvrer pour les faire siennes, en paraphrasant St Exupéry par ces mots : « loin de me gêner, ta différence m’enrichit ».

C’est sur cette double base d’humilité et d’amour que, par enrichissement réciproque de nos qualités intellectuelles, spirituelles et morales, nous vivons la fraternité maçonnique. Et, dans les temps présents de nos pays africains, ce comportement d’amour fraternel et transcendant est plus que jamais nécessaire pour nous aider à dépasser les oppositions ethniques et claniques qui ont été longtemps provoquées et entretenues par la logique cynique d’un pouvoir despotique qui divisait pour régner sans partage, dans l’obscurantisme des administrés qui perdaient alors tout discernement et tout esprit critique nécessaires à la bonne gouvernance.

Cette fraternité maçonnique est créée entre des personnes qui n’auraient normalement jamais pu se rencontrer, si la Franc Maçonnerie n’avait été là pour les réunir, en étant le centre de cette union d’hommes de bien et loyaux, répondant ainsi à sa vocation de rassembler ce qui est épars. Mais notre fraternité exige une rigueur de comportement, à commencer par l’exigence de soi, en respectant ses devoirs. C’est ainsi que la loge nous impose à tous, sans distinction, une règle de conduite que chaque Frère adopte librement en se rendant en tenue. Cette rigueur fraternelle s’exprime notamment dans la solennité des tenues, dans le silence individuel qui nous est imposé sauf si le V.°.M.° nous donne la parole, dans le ton fraternel dans nos interventions, dans le recueillement collectif à l’ouverture et à la fermeture des travaux, couronnées par l’acclamation écossaise, sans oublier l’usage courant de notre langage symbolique qui confère à notre fraternité la spécificité de parler un dialecte commun, ignoré des non initiés, créant entre nous une certaine complicité, une sorte d’ethnie spirituelle que beaucoup de gens nous envient en nous jetant la pierre, une pierre humiliante de l’enfer des damnés.

Je pense bien que notre fraternité est victime de son silence et ses mystères. En effet, elle crée des jaloux à cause des mystères qui l’entourent, et c’est la raison pour laquelle je me bats pour en divulguer les valeurs dans le monde profane en me dévoilant au grand jour. Cela n’est certes pas du goût de la plupart de mes FF.°. qui préfèrent le silence des mystiques, mais comme vous le constatez à présent, ce silence laisse jeter l’opprobre sur nos soi-disant pratiques sataniques. Je dis non !

En effet, pourquoi ne devrait on pas apporter nos lumières exotériques aux profanes qui ont tout à gagner de nos  informations ?
Pourquoi ne devrions-nous pas expliquer les valeurs laïques de notre Fraternité alors qu’elles sont fondées sur la liberté et l’égalité, respectant la totale liberté de conscience de chacun, sans dogmatisme ni embrigadement spirituel ?
Pourquoi ne pas divulguer que la pratique de notre fraternité permet d’acquérir un regard différent sur les autres et sur la société, sans agressivité, en recherchant, par devoir et par amour, le bien commun par delà nos égoïsmes ?
 
 
  6. Notre responsabilité de porter au dehors l’acclamation républicaine « Liberté !Egalité !Fraternité ! »
 
Comment se fait il que nous autres, Francs Maçons Africains, qui nous qualifions de « fils de lumière », ne réagissons pas avec efficacité devant la misère qui plonge nos populations démunies dans l’ignorance, l’absence de soins de santé primaire et un environnement d’habitations insalubres ?
Sommes nous conscients que le revenu moyen par tête du Togolais atteint à peine 310$ soit 155.000 FCFA par an, càd moins de 13.000 FCFA par mois, soit 430 FCFA par jour ?
Sachons que ce chiffre, qui classe déjà la moyenne du revenu togolais en dessous du seuil de pauvreté de 500FCFA par jour, cache encore d’énormes disparités entre les 10% des Togolais les plus riches et les 90% les plus pauvres, ces derniers ne pouvant même pas payer les droits d’inscription de leurs enfants à l’école publique primaire, qui sont de 3.555 FCFA par garçon et de 2.555 FCFA par fille ?

Avons-nous, par ailleurs, remarqué que le niveau de compétence moyen des maîtres d’école ainsi que des enseignants du secondaire a beaucoup baissé depuis le milieu des années 1970 en raison du manque de valorisation de leurs traitements, les poussant à s’expatrier pour se faire reconnaître leurs mérites, et que cette hémorragie de notre matière grise nationale s’est accentuée après 1983, à la suite de mise en œuvre des P.A.S. (Politique d’Ajustement Structurelle) imposés par le F.M.I. ?

Et savez vous que ces P.A.S. visaient tout simplement à dégager des ressources budgétaires pour rembourser notre dette publique extérieure devenue démesurée et injustifiée, et que cette cure d’amaigrissement des dépenses budgétaires de l’Etat a été surtout appliquée aux secteurs sociaux de l’éducation nationale, de la santé publique et de l’entretien des infrastructures urbaines, sacrifiant de la sorte les populations démunies, càd la grande majorité des Togolais qui n’ont pas les moyens de scolariser leurs enfants à l’étranger ou de se faire soigner à l’extérieur, ou encore de se pourvoir en équipements adéquats pour bien vivre dans leur villa ?

C’est à partir de cette date que l’on a assisté à la fermeture progressive des dispensaires urbains et ruraux qui offraient jusque là les premiers soins aux populations démunies, pendant que les hôpitaux publics devenaient des mouroirs malgré la hausse intempestive de leurs tarifs par suite de la suppression des subventions publiques… 
Et, simultanément, du fait de la forte sous rémunération des médecins et des auxiliaires médicaux, le pays a disposé de moins en moins de personnel soignant par habitant, ajoutant ainsi à sa détresse…
Ce sacrifice des priorités sociales s’est notamment traduit, après 46 années d’indépendance politique de notre pays, par un taux de mortalité infantile de 151 pour mille chez les jeunes garçons et de 128 pour mille chez les jeunes filles de moins de 5 ans, tandis que l’espérance de vie des hommes est de 52 ans chez les hommes et de 56 ans chez les femmes. A titre de comparaison avec la France, sachons que le taux de mortalité infantile y est de 5 pour mille tandis que la durée moyenne de vie y est de 80 ans.
Comment le Franc Maçon Togolais peut-il travailler consciencieusement à l’aide de ses 2 outils, Fil à Plomb et Niveau, s’il sait que, après un demi siècle d’indépendance, 20% de la population urbaine, soit un citadin sur cinq vivant autour de lui, de même que 64% de la population rurale, soit 2 ruraux sur 3 vivant dans son village d’origine, n’ont pas accès à l’eau potable, et que cela a pour effet d’entraîner des maladies intestinales qui minent la vie de ces gens-là quand elles ne les terrassent pas de mort violente par typhoïde, cholera ou autre fièvre mortelle ?
Comment le Franc Maçon Togolais, sensé agir pour la fraternité universelle et pour l’égalité entre tous ses compatriotes, peut-il supporter qu’en ville, autour de lui, 29% des gens, soit près d’un tiers de la population urbaine, ne disposent pas d’installations sanitaires dites améliorées, alors que cette proportion atteint 85% de la population rurale, soit près de 9 ruraux sur 10 chez ses frères du village ?
« Fils de Lumière » que nous sommes tous sensés être dans cette loge, nous sommes nous préoccupés de ce que près 6 habitants sur 10 dans nos villes n’ont pas accès à l’électricité, et que ce pourcentage atteint 97,6% dans le monde rural alors que ces ruraux nous nourrissent à bon marché à Lomé ?

Enfin, mes BBAAFF.°., sachez bien que, par-dessus toutes les carences politiques et administratives de la mauvaise gouvernance qui ont plongé notre pays  dans ce dénuement social, nous faisant reculer en deçà du niveau de vie de 1960, le Togo était privé durant 13 années consécutives de la partie positive de l’aide extérieure pour raison de « déficit démocratique », cette privation étant illustrée par un niveau d’aide par habitant de 10$ soit environ 5.000 FCFA par an, alors que le Sénégal, 3 fois plus riche que nous par tête d’habitant, en recevait 100 $, càd 10 fois plus, soit 50.000 FCFA  par tête d’habitant.

Toutes ces données devraient interpeller chaque Franc Maçon parce qu’elles expriment par des chiffres concrets un cliché du niveau de développement matériel, intellectuel et social que nous sommes tous sensés promouvoir au sein de notre société, comme l’indique l’Article 1er de toutes les Constitutions de nos diverses obédiences.

C’est en ayant ces données présentes à notre esprit que nous devrions nous concentrer sur le sens de notre acclamation écossaise, si nous croyons vraiment à notre idéal maçonnique de bâtisseur. Mais vous me direz alors : « qu’est-ce que tu proposes comme action au dehors pour remédier à nos carences de FRATERNITE envers toutes ces populations démunies en faveur desquelles nous sommes sensés lutter à travers notre devise maçonnique « Liberté, Egalité, Fraternité » ?

Je me permettrai de vous soumettre la stratégie d’action suivante :
« L’article 1er des Constitutions d’Anderson stipule bien que tous les Francs Maçons sont soumis à cette religion particulière d’être des hommes bons et loyaux ou hommes d’honneur et de probité, faisant ainsi de la maçonnerie le centre de l’union entre ces hommes qui auraient continué à s’ignorer sans cela. A partir de là, notre quête maçonnique se compose de 4 volets :

1-   d’abord, le travail sur soi-même pour refaire peau neuve, débarrassée de ses aspérités et sans se mentir à soi-même ;
2-    puis, le travail sur soi avec l’aide des autres Frères en cherchant à mieux les connaître et les aimer dans leurs différences qui doivent nous enrichir;
3-     enfin, en nous investissant à titre personnel dans l’amélioration de la société où nous vivons.

Mais dans ce troisième volet, il ne faut pas se contenter de bonnes résolutions sans se préoccuper des conditions réelles dans lesquelles vivent les populations démunies qui constituent 90% du peuple dont nous avons la charge d’améliorer le bien-être général par tous moyens à notre disposition. Il nous faut désormais vraiment et résolument porter au dehors les lumières de notre acclamation au-dedans du Temple, « Liberté, Egalité, Fraternité », non seulement par une action personnelle demeurée jusqu’ici insignifiante pour ne pas dire négative, mais à travers une action collective de sensibilisation des pouvoirs publics en vue d’orienter les priorités budgétaires sur l’assainissement des quartiers insalubres causant des maladies endémiques à travers tout le pays, sur la réhabilitation des écoles publiques et la gratuité de la scolarisation publique, sur le relèvement du niveau professionnel des enseignants, sur le rétablissement du bon fonctionnement des centres de santé au service des populations démunies.

Je crois sincèrement qu’il ne faut plus se taire ni rester les bras croisés, et qu’il faudrait désormais agir collectivement en portant ces revendications humanitaires auprès des décideurs et des responsables politiques, au lieu de continuer à nous replier sur nous-mêmes.
Sachons bien que la neutralité sert toujours le bourreau contre la victime !
En entreprenant une action commune, représentant une branche de la société civile composée de 2.000 Francs Maçons, membres éminents de l’élite intellectuelle et morale du pays, nous pourrions représenter une force sociale efficace qui pourrait émouvoir les pouvoirs publics en les amenant à prendre en compte nos revendications humanitaires par crainte de voir mobiliser l’opinion publique en cas de non aboutissement de notre projet social désintéressé et non partisan.
C’est en nous regroupant tous ensemble que nous pourrions arriver plus efficacement à nous exprimer en conseillant les autorités publiques dans leur façon de gouverner. C’est ainsi qu’avait agi la « Royal Society » autour du roi Charles II pour ramener la paix civile en Angleterre à partir de 1662, après 22 ans de guerre civile dévastatrice. Elle était composée presque entièrement de Francs Maçons.
Il est clair que s’il y a cette volonté commune de l’élite de notre pays, d’autant plus que nombre de nos dirigeants politiques se déclarent Francs Maçons, notre cause humanitaire sera alors entendue et une amélioration nette des conditions de vie des populations aura lieu, nous amenant sur un tournant décisif, celui de la bonne gouvernance.

Par contre, il faut bien veiller à ce que la démarche ne soit pas partisane, politiquement, en nous souciant du seul bien commun de la société, montrant bien notre motivation humaniste et humanitaire. Et cela nous attirera en plus des mannes abondantes de la part de l’Union Européenne qui y verra une démarche constructive.

Parallèlement à cette démarche humanitaire auprès des autorités publiques, je propose que nos obédiences s’expriment dans le cadre des émissions de radio et de télévision ainsi que dans la presse écrite, à l’intention du public, de façon à contrer la diabolisation dont nous sommes victimes à travers les attaques de « Radio Maria » et de « Présence Chrétienne » ou encore de certaines sectes obscurantistes. En effet, nos valeurs humanistes devraient être partagées par le monde profane qui en récoltera le bien commun des populations, surtout pour les plus démunies. Il nous faut absolument remédier à notre déficit de communication si nous ne voulons plus être diabolisés et marginalisés par notre mutisme comme si nous étions coupables. Agissons donc pour le bien de l’humanité togolaise, et africaine par extension future.

Enfin, compte tenu de nos habitudes sociologiques locales, qui font que nos dirigeants respectent la force des groupes de pression collectifs, je réitère mon appel à nous regrouper nous au sein de la société civile, sans plus avoir peur de nous démasquer comme si nous étions des parias ou des malfrats, alors que nous sommes des « hommes libres et de bonnes mœurs ». Agissons en responsables, et de façon collective, en appelant à enrayer cette misère extrême qui étouffe la majeure partie de l’humanité togolaise. Appelons collectivement au respect de la dignité humaine, pour que notre action au dehors puisse un jour prochain porter ses fruits en contribuant à l’amélioration des conditions de vie de l’humanité togolaise, qui souffre énormément alors qu’elle est exclue des priorités budgétaires et sociales du gouvernement, alors même qu’elle est oubliée dans notre inconscient collectif.

Pour entreprendre cette action collective, il faudra beaucoup de courage, de ce courage du Chevalier Kadosch que nous glorifions dans les hauts grades, alors que nous ne sommes pas capables d’assumer notre acclamation « Houzzai ! Houzzai ! Houzzai ! LIBERTE ! EGALITE ! FRATERNITE ! »

Que cette acclamation ne soit plus vaine dans notre verbe !

                                                                                                       
          NMK,